Perquisition à la France Insoumise : les dérives de Mélenchon et du système judiciaire

 

Mardi 16 octobre  2018, je découvre cette vidéo. Je ne sais pas vraiment quoi en penser… Je suis affligé.

Petit récapitulatif des faits :dès 7h00 du matin le 16 octobre 2016, la police lance une opération de perquisitions qui ont lieu à son domicile et ceux de plusieurs de ses collaborateurs ainsi qu’aux sièges de La France insoumise et du Parti de gauche. Mélenchon décide alors de filmer en direct avec son portable la perquisition qui a lieu chez lui. Puis il se  rend au siège de la FI où a lieu cette scène presque surréaliste.

La dérive d’un homme

Affligé premièrement par le ridicule de la réaction de Mélenchon : doublement affligeante en vertu de sa mégalomanie et de sa virulence.

Il y a deux manières de percevoir cette scène : de telles situations peuvent être appréhendées soit comme tragique (selon qu’on la prenne au sérieux) soit comme comique (selon qu’on la relativise). A vrai dire, il doit  y avoir un peu des deux faisant de cette scène un sommet du tragi-comique.

Sacré Mélenchon !

Si je me laisse aller à mon tempérament magnanime, je préférai la prendre pour une bouffonnerie, car face à toute situation dérangeante, je choisis toujours le parti d’en rire, faisant ainsi mienne la sentence de Beaumarchais : « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ».

Ainsi pour moi, le ridicule de la réaction de Mélenchon tient dans sa grandiloquence. Et je ne sais ce qui est pire (ou feint de ne pas le savoir) entre un comédien qui surjoue le rôle du républicain modèle ou un idéologue « républicard » qui croit réellement à ce qu’il dit. Il y a toujours beaucoup de ridicule dans toute personne idéaliste, dévote, passionnée.

« Personne ne me touche, ma personne est sacrée, je suis parlementaire », « La République, c’est moi, c’est moi qui suis parlementaire » s’époumone-t-il.

 

A cela s’ajoute le ridicule de la situation : une équipe de bras cassés en en train  de pousser la pauvre porte impassible qui leur résiste et qui ne leur a rien demandé. La petitesse de quelqu’un qui pousse à une porte pour l’enfoncer est toujours infiniment ridicule à défaut de pouvoir apparaitre  comme une métaphore tragique de l’existence humaine.

Mais ce que met surtout en relief cette scène, c’est la mégalomanie de Jean-Luc Mélenchon, son égotisme, son infatuation, sa folie des grandeurs, son délire de supériorité.

En outre, il fait montre d’une arrogance toute particulière qui se manifeste par sa virulence face aux forces de l’ordre et aux représentants de justice (ou d’injustice, selon le point de vue).

Qu’il soit véritablement  piqué au vif ou qu’il surjoue ses émotions, on le voit ici tenter d’intimider un pauvre policier qui garde son sang froid malgré que JLM lui vocifère – le terme est ici approprié – dessus à deux centimètre du visage avec une hargne injustifiée, comportement outrancier qui met fort mal à l’aise.

Mélenchon, l »hypocrite

Cette affaire révèle aussi  aussi l’hypocrisie de JLM avec son indignation a géométrie variable : quand c’est Marine Le Pen ou François Fillon (ou d’autres) qui sont interpellés par la justice c’est tout à fait normal, ils doivent être des justiciables comme les autres mais quand il s’agit de lui-même, alors c’est une honte, un outrage, une infamie ! Sa personne est sacrée et il a une immunité parlementaire valable !

Ceci nous donne une image du politique qui serait  au-dessus des lois, au-dessus des institutions alors qu’il a en face de lui des fonctionnaires qui ne font que leur travail, qu’exécuter les ordres qu’on leur a donnés et qui représentent tout autant que lui  la République à travers ses institutions et qui sont, à ce titre, tout aussi sacrés.

Pour ma part,  je suis contre cette intouchabilité, cette inviolabilité, cette  immunité parlementaire qui place les élus au dessus des autres citoyens et comme au dessus des lois. Bien qu’on puisse en garder une forme atténuée qui ne serait valable qu’en de rares cas précis (à définir), il faudrait supprimer cette disposition du statut des élus.

Le double Mélenchon

Sincèrement émotif ou stratège virtuose ?

Vis à vis de la réaction exagérée de Mélenchon, on peut en interpréter au moins deux cause possible :

  • Soit il est véritablement touché en son cœur, et ses emportements sont les stigmates d’un homme, qui plus est un méditerranéen  comme il aime a le rappeler lui-même, blessé, – et d’autant plus qu’il s’en défende par des « vous ne nous atteindrez pas » -, l’orgueil meurtri d’un innocent qu’on accuse et « maltraite » à tort. Il exprime alors des émotions vives, une vraie  souffrance et la colère légitime qui en résulte et la témoigne alors de son inaptitude à garder son sang froid, de sa difficulté à se contrôler. Cela renforcerait aussi l’hypothèse selon laquelle il est une victime dans cette histoire.
  • Soit, tout ceci n’est qu’une stratégie ce qui aurait tendance à montrer la grande maîtrise politique et machiavélisme du personnage. De là, on peut supputer deux raisons à cette stratégie : soit il surjoue avec calcul ses émotions et ses colères pour se victimiser, soit  il fait de l’excès de zèle parce qu’il a  vraiment quelque chose à cacher (comme un enfant pris en flagrant délit qui ferait un caprice). Ce qui peut se laisser penser du fait qu’il en fait trop (il contre-attaque ou pré-attaque avec des déclarations à la presse, diffuse des vidéo-live-facebook intempestives, clame haut et fort son innocence et sa vertu – un peu à la Cahuzac – etc.). Le fait qu’il se sache filmé (demande au médias de filmer à son local ou qu’il se film lui-même à son domicile), toute cette mise en scène, pencherait plutôt à attester cette deuxième option.

Personnage médiatique bipolaire

A suivre ses vidéos (celles qu’il publie de lui-même ou que la presse diffuse à son sujet) depuis des années, ce que j’ai constaté c’est une bipolarité dans son comportement. Autant il peut être calme, parler d’un ton doux et apaisé, presque doucereux avec une volonté de rassurer, autant il est capable de coups d’éclat – de « coup d’éclat permanent » pour reprendre une expression trouvée sur le net – et d’emportements capricieux et parfois dérangeants.

Cela est manifeste actuellement avec l’affaire en cours et les apparitions médiatique qu’il fait.

Par exemple, dans cette vidéo (à la sortie du poste de police ou il vient d’être interrogé) il apparait comme calme et pédagogue :

Alors, qu’ici, il part en couille et s’énerve tout seul à la fin de la conférence (WTF ?) :

Ce ne sont que deux  vidéos, à titre d’exemple mais il y a en a plein d’autres à comparer…

Les dérives judiciaires liberticides :

Affligé ensuite par les méthodes judiciaires ici mise en place. L’ampleur et les moyens mis en œuvre pour enquêter et faire « justice »  – une quinzaine de sites perquisitionnés tous au même moment à 7h du matin, une centaine de policiers mobilisés – est disproportionné, exceptionnel, voir historique.
Je rappelle qu’il s’agit là seulement d’une enquête préliminaire et qu’on a jamais vu une telle démonstration de force pour d’autres affaire touchant des partis politiques. Les moyens déployés dignes des opérations de démantèlement de groupuscules terroristes, à minima  pose question, sinon se révèle  inquiétant, voir suspect.

(Pure?) coïncidence, ces perquisitions tombent pile le jour de la nomination du nouveau gouvernement (alors que l’enquête préliminaire a commencé il y a plus d’un an) …

Ensuite, que lors des la perquisition au siège de la FI, il n’y ait pas eut de procès verbal, ni la présence du représentant légal du siège semble être une faute de procédure, d’après ce tableau (disponible sur le site service-public.fr):

Screenshot_2018-10-20 Perquisition.png

D’autre part, comme le rappelle Schneidermann dans cet article, on ne peut pas dire que la justice soit vraiment indépendante en France (puisque les procureurs sont nommés par le Président de la République); alors qu’un tel dispositif soit mis en place à l’encontre d’un des principaux parti d’opposition au gouvernement en place actuellement, cela laisse songeur…

Mais ce qui m’afflige le plus dans cette affaire, c’est que personne ne semble choqué – ni la presse en général, ni les bonnes âmes populaires –  que la police et potentiellement le gouvernement* ait désormais en sa possession l’intégralité des documents politiques (correspondances, documents stratégiques, comptes, noms des adhérents ou militants, organisation etc.) ainsi que des effets personnels  (lettres, photos, textes divers etc.) de personnalités politiques d’opposition et accessoirement du chef de l’opposition de gauche.
Ceci ne dérange personne. Si cela avait eu lieu au Venezuela, en Russie, ou si Mélenchon ou le Pen étaient au pouvoir en ce moment en France, on aurait assurément eut un tout autre emballement médiatique et politique à coup de « pratiques fasciste ou stalinienne », « de dictature », « police politique »,  etc.

*Sans miser sur la corruption ou l’obédience politique de certains personnels de justice ou policiers, il ne serait pas étonnant d’y trouver quelques Benallas…

L’impact de cette affaire

Ainsi, entre les deux hypothèses proposées un peu plus haut, j’ai tendance à pencher pour la première. Je crois que si Mélenchon réagit ainsi excessivement, c’est qu’il est blessé et épuisé, à bout de nerfs. Il s’auto-discrédite par ses emportements et si c’est une stratégie de sa part (se mettre en scène, se victimiser) elle est mauvaise.

Je pense aussi qu’avec cette affaire, Mélenchon tombe dans ses pires travers  et que ses adversaires ont réussi leur coup. Par son manque de contrôle et ses outrances,  il nuit au mouvement La France Insoumise. Qu’il se ressaisisse !

Quoi qu’il en soit, cette affaire et sa stratégie de communication en réponse aura des effets néfastes sur le crédit que les électeurs auront à son égard à à l’avenir… (car les idiots préférons regarder le doigt plutôt que la lune qu’il montre).

Pour conclure, je dirai que  je crois qu’ici, l’agitation d’un homme, n’est encore une fois que matière à diversion, Mélenchon étant l’homme qui cache le système (on met Mélenchon en avant, pour cacher les défaillances d’un système judiciaire /et politique).

 

Sources et prolongations :

Articles :

Vidéos :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s